Fanday - Turok

«Des bottes en peau de dino ?» , - 0 réaction(s)

Un nouveau jeu équivaut à un nouveau Fanday, il n’y a rien de vraiment compliqué à comprendre ! Une nouvelle fois l’événement prend place dans un sympathique loft parisien doté de TV full HD avec des consoles Xbox 360 reliées au Xbox Live, des jeux Turok et enfin d’un buffet garni (à ne jamais oublier !). Juste avec cela il y a de quoi faire je vous le garantis, mais pour pimenter un peu la soirée, rajoutons Chris Haluke fameux Lead Designer de chez Propaganga Games (qui a aussi travaillé sur Half Life au passage) pour nous présenter sa dernière création et la soirée promet d’être parfaite, si le jeu, bien entendu, est à la hauteur. Petite piqure de rappel, Turok relate l’histoire d’un indien bodybuildé et armé jusqu’aux dents perdu dans un monde rempli de dinosaures affamés, un FPS plutôt bourrin donc. Fort de son succès sur Nintendo 64 (on oublie l’épisode sur Xbox assez médiocre), le jeu est devenu une licence intéressante qui mérite bien sa version sur console Next Generation. Bien que le jeu ne soit pas très attendu, il n’en demeure pas moins qu’il réside encore beaucoup de fans de Turok, d’où le rachat par Touchstone.

Comme le dit si bien Chris Haluke, le concept est simple : « fight to survive » ou en français combattre pour survivre. Sur une planète hostile, le personnage principal Turok accompagné de son partenaire va tout faire pour fuir en laissant un maximum de cadavres derrière lui. Durant vos péripéties vous allez rencontrer différents dinosaures, pour les fins connaisseurs vous reconnaîtrez quelques races, cependant Propaganda innove et a inventé des bêtes qui n’ont jamais existé. Le studio s’est concentré sur le réalisme et délivre une animation des dinosaures proche de la réalité, de leurs mouvements au système d’attaque, jusque dans la manière d’agoniser avant de mourir, on s’y croit. Certains reptiles seront imposants vous dépassant d’au moins 3 mètres et il sera vraiment difficile de les combattre, d’autres ne dépasseront pas 50 centimètres et vous pourrez passer à côté d’eux sans vraiment risquer quoi que ce soit (mais vous savez aussi bien que moi que vous allez les fraguer juste par plaisir !). De ce que j’ai pu voir (et essayer), le jeu n’est pas simple : un dinosaure c’est rapide, malin, puissant, résistant… et dangereux ! En effet, vous attaquant par groupes, ils tournoieront autour de vous très rapidement et d’un virage sec sauterons sur vous, prêts à séparer la tête du corps : l’intelligence artificielle est bien conçue, et même lorsque le jeu est au niveau de difficulté normal vous allez en découdre. C’est pourquoi s’offre la possibilité de jouer selon deux manières : la première est la plus simple, vous faites le gros bourrin et tentez de passer en force en arrosant les dinosaures ; la seconde est plus intéressante, il vous faudra jouer furtivement, accroupi derrière les fougères, attendre que le reptile passe devant vous sans vous voir etc. Ces approches du jeu augmentent l’intérêt du mode solo même si le plus souvent il faut l’avouer, le côté bourrin prime.

De votre côté une large panoplie d’armes s’offre à vous pour combler vos faiblesses humaines (bien que vous soyez baraqué tel Schwarzenegger), de la simple mitraillette jusqu’à l’arc, en passant par le fusil à pompe et le couteau, vous avez entre vos mains les moyens pour vous en sortir en un seul morceau, et innovations intéressantes chaque arme (sauf le couteau) possède un tir secondaire. Par exemplaire le lance flamme enverra en mode secondaire une boule de feu et en tir principal une flamme. Quant au fusil à pompe, sa seconde option est des plus intéressantes : vous avez la possibilité d’envoyer une sorte de projectile lumineux qui permet d’attirer les dinosaures à l’endroit ou vous avez tiré, c’est très intéressant si vous souhaitez libérer un passage, ou encore regrouper les bêtes histoire de faire du tir groupé ! A cela s’ajoute la possibilité de pouvoir désormais prendre deux armes en mains, à vous de créer les combinaisons les plus meurtrières afin de vous débarrasser des ennemis, cependant ne pas oublier que selon l’arme que vous portez votre personnage sera plus ou moins lent, et la rapidité a un caractère assez important dans un jeu de survie.

Nouveauté intéressante, l’apparition de sortes de mini-jeux en plein dans l’action : alors qu’un dinosaure vous saute dessus la mâchoire écartée sur votre tête prêt à la refermer, vous devrez faire appel à vos réflexes et presser ou les gachettes gauche et droite en même temps, ou l’une des deux, ou encore le bouton A de manière frénétique pour envoyer un admirable coup à l’animal le tout dans une jolie mini-cinématique ; bien-sûr, si vous êtes trop lent le dinosaure ne fera qu’une bouchée de vous. D’autres moments du jeu demanderont toute votre attention, par exemple lorsque vous êtes armé du couteau et que vous êtes proche d’un dinosaure, en appuyant sur la gâchette au bon moment une mini-cinématique se déclenche et vous permet de voir votre personnage charcuter la bête de différentes manières. Vous apprécierez fortement regarder Turok grimper sur le dos de l’ennemi et lui asséner un méchant coup de couteau sur le sommet du crane pour l’achever, ou encore le regarder trancher la gorge d’un geste vif et précis etc.

A la base, le jeu ne devait posséder qu’un mode solo (horreur !), mais les développeurs sont revenus sur leur décision (ouf) et ont implémenté un mode multi-joueurs. Il n’y a pas une pléthore de modes, cependant le Lead Designer nous affirme qu’ils sont tous de qualité. Le mode multi se démarque des autres FPS par une nouveauté fort intéressante. Lors d’affrontement sur les Maps, des dinosaures parsèment le niveau et attaquent ceux qui auraient tendance à trop se rapprocher. Ainsi le côté stratégique prend toute son ampleur, rappelez-vous du tir secondaire du fusil à pompe (la lumière qui attire les dinosaures), imaginez vous en difficulté contre un ennemi, et bien rien ne sera plus facile que de s’en sortir en appelant au secours un sympathique (pour l’occasion) Tyrannosaure qui sautera au cou de l’opposant vous laissant le temps ou de fuir ou de l’achever. Certes cela est intéressant, mais une fois les dinosaures de la Map tués, cela redevient un simple mode multi-joueurs de n’importe quel FPS, c’est-à-dire assez classique.

Suite à la démonstration de Chris Haluke, nous enchaînons avec une petite partie multi entre nous histoire de nous faire la main. La Map lancée est plutôt petite, c’est une sorte de recoin dans la jungle avec une base construite à même la roche, des dinosaures se promènent à l’extérieur et toutes les armes sont trouvables. Le couteau qui peut paraître anodin voire inutile se révèle ici fort important : en effet la rapidité est primordiale, et si vous avez un lance-roquette en mains n’espérez pas dépasser la vitesse de la lumière alors qu’avec un couteau cela change la donne et vous pourrez vous approcher rapidement d’un ennemi pour lui asséner des coups mortelles qui ne lui laisseront aucune chance.

Petite anecdote au passage, c’est le meilleur site console qui a gagné le FFA lancé, vous avez deviné ? Non ?! Mais bien sûr, c’est Xboxygen qui est arrivé premier ! Et enfin pour finir ce sympathique Fanday, un concours est lancé (lisez donc la news de Tomchoucrew pour en savoir plus) afin de vous faire gagner plusieurs jeux Turok. A vous de jouer !

Xboxygen

Accueil > Focus > Fandays

Turok

Turok

Genre : FPS

Éditeur : Disney Interactive Studios

Développeur : Propaganda Games

Date de sortie : 07/02/08