Edito - Et maintenant on joue ?

«Il serait peut-être temps» le 19 juillet 2015 @ 08:022015-07-19T08:03:37+02:00" - 44 réaction(s)

Lors de mon précédent édito, je m’étais amusé au petit jeu des pronostics pré-E3. Cela m’a valu une belle volée d’insultes puisque j’avais osé prétendre que Sony avait un line-up inexistant. L’E3 est terminé, et je pourrais en tirer un bilan, mais cela m’obligerait à nouveau à parler de tous les constructeurs présents. Comme en plus je suis particulièrement content de ce à quoi j’ai joué sur Xbox One, et moins de ce qu’a proposé (ou plutôt pas proposé) Sony, je me prendrai encore une volée d’insultes. Je vais vous faire un aveu : j’en ai assez de tout ça, de devoir choisir mes mots avec soin pour ne pas heurter la sensibilité des fans du constructeur japonais, tout en m’en prenant vertement à Microsoft sans que ça ne dérange personne. Cela vient du fait que je publie mes éditos sur un site “Xbox”, mais pas seulement… Je pourrais développer cela, mais comme je le disais, ça ne pourrait que tourner, encore, et ce quelques soient les arguments, à des remarques du style “c’est un fanboy qui n’aime pas Sony”. Et ça me fatigue.

Alors autant faire autre chose, changer mon fusil d’épaule, et me consacrer exclusivement à la Xbox ! Je suis de très bonne humeur, car je peux enfin parler d’un des plus grands absents des débats depuis le début de cette génération : les jeux. Nous étions sur le salon, et ENFIN nous avons vu en masse et à un très bon niveau ce pour quoi sont faites les consoles de JEUX. Vous avez l’habitude de lire dans mes diatribes des critiques assez virulentes, démonstration de mon peu d’enthousiasme depuis au moins deux ans. Et bien ça y est, cette fois, je retrouve l’espoir. Pas encore une confiance aveugle dans l’industrie, mais au moins l’impression que la Xbox va fournir l’essentiel, c’est à dire de quoi bien s’amuser. Et c’est une chance pour vous, mes chers lecteurs, puisque vous êtes majoritairement intéressés par la Xbox One : cette année, c’est sur votre machine que ça se passe, et il y a fort à parier qu’il s’y passera encore beaucoup de choses l’année prochaine si j’en crois mon petit doigt qui m’a glissé à l’oreille que la Gamescom allait être très riche (oui, mon petit doigt parle, et alors ?).

Si je suis si jovial, c’est parce que Microsoft a fait ce que finalement beaucoup attendaient : remettre les jeux au centre de tout. L’arrivée de Phil Spencer a tout changé. C’est un gamer, et il veut voir ce qu’un gamer normalement constitué (deux mains, deux oreilles, deux yeux, et une dose de fanboyisme ne dépassant pas un seuil critique) attend d’une machine. Le résultat, qu’on va voir débarquer en cette fin d’année, est spectaculaire. En effet, AUCUN des gros jeux Microsoft ne déçoit. Bien entendu, les joueurs ne pouvant pas tout aimer, chacun piochera son favori, mais dans leur genre respectif tous ces jeux livrent ce qu’on attend d’eux : de la qualité technique, de l’innovation, du gameplay, du fun, de l’immersion. La seule limite de ce line up de feu, c’est l’absence de nouvelle IP cette année (même si Fable Legends est totalement différent des autres jeux de la franchise). La stratégie de Microsoft est d’une simplicité qui fait plaisir à voir. En 2015, pas de véritable surprise, mais les licences habituelles reviennent et vont livrer exactement ce qu’on attend d’elles : un niveau de réalisation et des nouveautés qui justifient l’existence de la console. Au bout de 2 ans il était temps ! Plus tard, les licences habituelles continueront d’affluer et le catalogue va s’enrichir de « vraies » nouveautés exclusives. On en connaît déjà quelques-unes (le nouveau jeu Rare, ReCore, Quantum Break), et il est très probable que la Gamescom nous en livre d’autres. Le jeu, le jeu, le jeu.

Même les annonces « techniques » sont centrées sur le jeu, avec une nouvelle manette de compétition, et surtout l’annonce de la rétrocompatibilité. Que les pisse-froid qui trouvent que le fait qu’elle ne soit pas totale est limitant rallument leur vieille console, car pour beaucoup dont moi, la place sous l’écran n’est pas extensible. Pour le coup, je vais aller voter pour Red Dead Redemption pour relancer une partie sur ma Xbox One avant la fin de l’année. Je dois dire que je suis très heureux de cette décision de Microsoft. Déjà, cela montre qu’ils écoutent les joueurs. Mais surtout, c’est un pied-de-nez à toutes ces remasterisations et remakes. On aurait pu nous parler des nombreuses mises à jour de la console, mais non, encore une fois, ce sont les jeux qui ont été au centre des débats : pas des paroles en l’air, pas des promesses pour un avenir éventuel, mais du concret, qu’on peut voir, qu’on peut essayer, et qui sera là dans les 6 mois. Microsoft a mis en place la seule stratégie possible qui lui reste pour s’en sortir : montrer que sa console est avant tout pour les joueurs. En revenant de l’E3, j’ai constaté la façon dont les médias en ont rendu compte, limitant le salon aux conférences, et continuant d’ignorer ces fameux jeux concrets. On peut ruminer là-dessus, s’agacer, ou bien, et c’est ce que je conseille, s’en foutre ! Après tout, pendant que le vent souffle, les jeux seront là, et quoi qu’il arrive on pourra y jouer. Pour une fois, je n’ai pas envie de grogner, mais plutôt de me réjouir. Pas envie de m’intéresser aux autres consoles, mais plutôt de profiter de la mienne. Pas envie d’épiloguer avec les fatigants haters du net : j’ai pas le temps, j’ai des jeux à faire ! Bref, ce séjour à l’E3 m’a mis dans des dispositions de positive attitude, comme Laurie. Est-ce que cette stratégie de Microsoft va payer et va leur permettre de remonter la pente ? Sans plan marketing associé, aucune chance, personne ne saura que leur machine propose autant de choses. Mais bon, c’est une autre histoire, on en reparlera début 2016. En attendant peu importe, on va jouer. Ça fait de moi un fanboy en puissance ? Tant mieux ! Après tout, depuis le temps que je balance des éditos rageurs à l’encontre de cette génération de machines, je refuse de jouer le vieux blasé qui en a vu d’autres : je suis content, et je le dis !

Tout cela serait déjà très bien, mais en plus Microsoft n’a pas été le seul à briller sur les stands. Les autres éditeurs ont eux aussi présenté des produits d’une excellente qualité. Que ce soit EA (Star Wars Battlefront, Unravel…), 2K (Battleborn…), Warner (Mad Max, Batman…), Ubi (Rainbow 6, Ghost Recon…), et j’en passe (Bethesda, 505, Square…), tous ont montré des jeux intéressants et dans différents styles. Il y a les gros jeux attendus et les suites, mais aussi des surprises et de nouvelles licences. Même si la tendance à la sur-représentation des shooters perdure, il y a suffisamment de choses pour que tout le monde trouve son compte. On a l’impression que beaucoup d’éditeurs ont eu le même déclic que Microsoft : il est temps de sortir des jeux qui justifient l’existence de ces consoles. A côté des « gros », il y a l’autre motif de grande satisfaction du salon : les jeux « indés ». Les guillemets ne sont pas une option tant cette dénomination est un peu fourre-tout. En théorie, cela concerne ceux qui s’auto-éditent. En pratique, il y a de toutes petites structures, mais aussi d’autres bien plus conséquentes, et certains bénéficient d’un soutien évident des constructeurs. Sur Xbox One, sous l’impulsion de la politique de Phil spencer, c’était l’avalanche de titres de qualité. Il est stupéfiant de constater la variété des titres, les idées qui s’y trouvent, et même le niveau technique qu’ils arrivent à produire pour certains (Cup Head, Elite). Si ces jeux ne peuvent pas prétendre concurrencer directement les AAA, ils offrent l’alternative attendue qui permet de ne pas seulement se nourrir des grosses licences. Ainsi, les choses se sont naturellement scindées, entre artillerie lourde et impressionnante et originalité, variété et fraîcheur.

Est-ce que je peux clôturer un édito sans même pousser un coup de gueule ou émettre des réserves ? Et bien oui ! J’ai trouvé depuis maintenant plusieurs années tellement de raisons de grogner que je ne vais pas bouder mon plaisir quand je trouve enfin autant de motifs de satisfaction. La gue-guerre entre les consoles, les questions techniques, les remakes en série, etc… Laissons tout ça de côté, et revenons à la finalité de ces bonnes vieilles consoles. Comme dit dans le titre de ma chronique : maintenant, on joue.

Les Éditos

Accueil > Édito

Les Éditos

Les réflexions philosophiques de l’équipe.

N’hésitez pas à réagir sur le forum !

Venez discuter sur le Forum Les Éditos

44 reactions

avatar

bastoune

20 jui 2015 @ 14:14

J’ai pas lu, j’ai trop de jeux à faire !

Merci Rone, on avait bien senti ton enthousiasme à l’E3, et ça fait plaisir de voir que ce n’était pas qu’une impression ! Le jeu est enfin au cœur du débat, c’est bon signe pour la suite.

Jonyboy

Rédaction

20 jui 2015 @ 15:06

’tain mais Shane je te suis vraiment pas ! Tu priorises un jeu en fonction du modèle économique de son éditeur maintenant ?! Que ce que tu en vois ne te plaise pas, une fois de plus, soit. Mais ne peux-tu simplement parler de JEU ? Surtout dans un édito qui tente de recentrer le débat, soit dit en passant...

avatar

Batou42

20 jui 2015 @ 20:21

Magnifique Edito avec lequel je suis en total accord. Le jeu voila ce qui compte, aujourd’hui on ne nous parle que de caractéristiques techniques, y en marre de tous ces chieurs qui ne savent parler que du rendu graphique (« si c’est pas du full hd et 60 fps j’y joue pas c’est de la merde ») ou autres conneries de ce genre. Ils en oublient le principal : le plaisir que doit te procurer le jeu !!! J’ai passé des centaines d’heures sur CS 1.6 aux graphismes moyens avec mes potes, et aujourd’hui je m’ennuis sur les COD ou autres BlockBusters qui ne cherchent que le tape à l’oeil. Et enfin avec cet E3 les jeux donnent envie de par leur gameplay et non par leurs caractéristiques techniques. Merci MICROSOFT et tous les studios qui reviennent à l’essentiel !!!

Xcéces

20 jui 2015 @ 20:53

« ... et aujourd’hui je m’ennuis sur les COD ou autres BlockBusters qui ne cherchent que le tape à l’oeil. »

Euh, on peut pas vraiment dire que les « COD » cherchent le tape à l’oeil... :’-))