Edito - Vieux Con

«Chronique du temps qui passe» le 14 février 2015 @ 11:122015-02-14T11:12:21+01:00" - 49 réaction(s)

Chers lecteurs,

Mon dernier édito date d’il y a bien longtemps, et encore, il ne traitait pas d’actualité. Est-ce parce que je n’ai plus rien à dire sur le monde vidéoludique ? Au contraire, et c’est bien là tout le problème. Des choses à dire j’en ai. Plein. Sur des tas de sujets. Sur la façon dont les considérations techniques ont pris le pas sur les jeux en eux-mêmes. Sur la tournure prise par ce qui est “offert” aux joueurs suite au succès inattendu de la PS4 et des jeux au format « Playstation ». Sur le creux créatif terrible qui frappe les grands éditeurs qui se nourrissent de suites, de remakes ou de décalques. Sur le faible apport des consoles actuelles par rapport aux précédentes. Sur le formatage de l’actualité qui génère l’attente et qui fait sombrer les jeux dans l’oubli au moment même de leur sortie.

Autant de sujets qui pourraient donner autant d’éditos. Autant d’articles que j’ai ébauchés, et que je n’ai pas terminés, n’arrivant pas à trouver le ton juste pour aborder ces sujets sans passer aux yeux d’une partie des lecteurs pour un fanboy, un frustré, un blasé, et surtout pour un vieux con.

Il faut dire que j’en ai certains symptômes. J’ai commencé à jouer aux jeux vidéo en 1982, sur une borne d’arcade (Galaxian), alors que j’avais 9 ans et que je devais me mettre sur la pointe des pieds pour bien voir l’écran. Ma première machine a été un Amstrad CPC 464. J’ai vécu le retour en grâce des consoles après leur disparition post Atari 2600. J’ai constaté l’évolution, puis l’explosion de ce marché avec la Playstation. J’ai vu mourir Sega et remourir Atari. Le calcul est effrayant, ça fait maintenant 33 ans que je suis un joueur. D’un certain côté, ça veut dire que j’ai une certaine expérience de ce domaine. En d’autres termes, on ne me la fait pas. On ne peut pas me présenter des choses comme nouvelles quand elles ne sont qu’une redite de ce qui a déjà été fait par le passé. On ne peut pas m’embarquer dans les comparaisons futiles entre consoles ou bien entre consoles et PC, c’est un sujet qui tourne à vide depuis la nuit des temps. On ne peut pas me vendre des promesses de potentiel et de perspectives, j’ai déjà vu ça trop de fois. C’est cette distance que j’utilise quand je rédige mes éditos.

Comme si le passé n’existait pas pour les jeux vidéo

Mais d’un autre côté, ne suis-je pas en décalage avec une partie des lecteurs qui découvre cet univers, ou tout du moins qui n’a connu qu’un changement de génération de consoles ? Quand je parle avec des « jeunes » joueurs (cela n’a pas grand-chose à voir avec l’âge, mais plutôt avec l’expérience de joueur), je me rends compte que ce qui me laisse froid les intéresse beaucoup. Si la PS4 marche si bien en proposant si peu, c’est sans doute finalement car les jeux proposés, d’une banalité à hurler pour le vieux joueur, sont de vraies nouveautés pour le relatif novice. Comme si le passé n’existait pas pour les jeux vidéo. La Xbox One n’est pas en reste, car même si elle est distancée par la PS4, elle obtient des résultats tout à fait convenables. Son tort est sans doute, en ce qui concerne les jeux, de ne pas proposer des produits aussi simples et calibrés que ceux de sa copine. N’allez pas croire que je lui dresse des lauriers pour autant : j’ai globalement tendance à mettre les deux dans le même panier. Là où je vois de la redondance avec ce que nous connaissons déjà, bien des joueurs s’excitent sur les jeux proposés. Les update techniques qui semblent être la seule chose apportée par ces machines, et qui pour moi sont d’un intérêt entre le limité et le nul semblent être d’une importance capitale pour une partie des joueurs. Si je ne peux m’empêcher d’expliquer cela par l’inculture vidéoludique, ce raccourci est insuffisant : si le produit trouve preneur, c’est qu’il est correctement calibré pour les joueurs d’aujourd’hui, ce qui fait de moi par ricochet un joueur marginal, du passé, un vieil ours grincheux trop difficile et exigeant.

Quand on écrit pour un public, il convient de s’interroger de temps à autre sur sa propre légitimité, c’est-à-dire, pour faire simple : est-ce que ce que je raconte a un intérêt pour quelqu’un ici ? Est-ce que coucher sur le papier (bon, ok, sur un fichier Word) mes réflexions sur un sujet donné trouve un écho ? Les lecteurs, qu’ils soient d’accord ou pas avec moi important peu (je n’ai jamais cherché à convaincre, seulement à analyser), en retirent-ils quelque chose ? Ou bien est-ce que la majorité des lecteurs se fout de ce type de démarche, veut juste jouer à ce qu’il y a, et va rejeter toute analyse qui n’irait pas dans le sens de ses convictions ? Aujourd’hui je n’ai pas la réponse à ces questions, car je constate des réactions diverses qui parfois me confortent, parfois me découragent !

Pourtant, même en étant un vieux grognon, tout n’est pas noir, loin de là. Cela fait même longtemps que je n’ai pas autant joué. Sur ma console, mais aussi sur ma tablette, ainsi que sur mes vieux systèmes qui ne prennent pas la poussière. Il y a beaucoup de choses qui me plaisent actuellement. Le retour du point’n click, le retour de jeux basés sur des concepts simples et bien exploités (merci les indés), sans compter que les vieux jeux continuent d’exister. Cela fait beaucoup de matière. Ce qui m’ennuie, c’est que ces jeux n’avaient tout simplement pas besoin de nouvelles consoles. C’est plus le fait que je trouve le fun sur ces machines sur des jeux qui auraient très bien pu tourner sur ma 360 qui me pose problème : l’utilité de la PSOne continue d’être très floue en ce qui me concerne.

En préparant cet édito, je me suis rendu compte que je ne suis pas un vieux con. Bon, je sais, personne ne va admettre être un con, vous avez le droit de penser que j’en suis un, pas de souci avec ça ! C’est juste que j’ai une vision romantique des jeux vidéo. Pas spécialement nostalgique, non, romantique. D’avoir connu une époque où les joueurs étaient une minorité, où chaque jeu s’accompagnait du plaisir de la découverte et d’une notice en couleurs abondamment illustrée, où la nouveauté était une norme, fait que je ne peux m’empêcher d’avoir une certaine tendresse pour les jeux vidéo. Pour les créateurs conduits par la passion, par les idées, qui cherchent à inventer quelque chose avec un objectif unique : permettre au joueur de s’amuser, de s’évader, de vivre quelque chose de différent. La froideur de la logique de produits plus que de jeux a fait disparaitre cela, et la première chose que je vois en lançant la majorité des jeux, c’est les ficelles grosses comme des câbles qui sont utilisées. Je ne sens plus assez de passion chez les créateurs (encore une fois, sauf chez les indés), comment la ressentir en jouant ? Quand je fais découvrir à mon fils des jeux qui tournent sur Megadrive et que je vois que ça fonctionne toujours aussi bien (32 couleurs, résolution de 320x224, je ne connais pas les fps…), je me dis que je n’ai pas tort sur toute la ligne. Mais ne suis-je pas un dinosaure voué à disparaître ? C’est là toute la question que je me pose, et c’est à vous de me livrer la réponse en me disant quelle est votre conception des jeux vidéo aujourd’hui.

Après tout, je ne suis peut-être qu’un vieux con !

Les Éditos

Accueil > Édito

Les Éditos

Les Éditos

Les réflexions philosophiques de notre cher Rone.

N’hésitez pas à réagir sur le forum !

Venez discuter sur le Forum Les Éditos

49 reactions

Dan Glotka

14 fév 2015 @ 11:21

Je suis un vieux con.

Dooble L

14 fév 2015 @ 11:40

merci pour cette édito très sympa qui nous fou un peu la larme a l’œil ... j’ai découvert les jeux vidéo avec le Pong de mon grand frère , je devais avoir 4/5 ans j’en ai 36 aujourd’hui !

le problème de notre monde est le fric , le fric tue toute créativité et risque , jeu vidéo , musique , film , tu rajoute un peu d’uniformité et la tu peut sauté par la fenêtre

tu ma rendu triste en se jour de st valentin , merci

RoxxorSeb

14 fév 2015 @ 11:43

Super edito ! Ben pour ma part je suis entre le vieux con et celui qui aime découvrir même encore maintenant. Certains jeux même si le concept à été cuit et recuit et rerecuit reste des jeux intéressants je pense notamment à Evolve. Le principe est simple mais rappel les moments assez marrants que l’ont pouvais passer a l’époque sur nos vieille galettes. Je me suis créer une façon de penser depuis quelques années, « Même si cela te parait commun essaye de trouver les points nouveaux ou peu abordés de chaque nouveau jeu » Et j’admets y trouver mon compte même sur Xbox One

The old jinx

14 fév 2015 @ 11:51

Moi aussi je suis un vieux con.

Ce qui me choque le plus dans cette nouvelle génération c’est la disparition du gameplay. Et ce surtout a cause de sony qui fait plus des films interactif que des jeux. Il n’y a qu a voir sur des sites comme n4g a chaque news ps4 c’est que des adjectifs merveilleux époustouflant experience cinématographique photo réaliste etc... Et je pense justement que Ms ne suit pas cette voie pour eux le gameplay reste au coeur du jeu meme si parfois ils se plantent im essaient d innover de ce cote la.. Tant en hardware (Kinect Hololems) Qu en software. Nintendo a aussi cette approche. Seulement voila c’est sony qui cartonne.... Est ce que les joueurs adpte de fun et de gameplay s en rendent comptent j’ en suis pas si sur. En tout cas si l avenir c’est les films interactif et du gameplay sur tablette ca serrat sans moi.

avatar

dav1974

14 fév 2015 @ 12:15

A peut prêt le même parcours...(et surtout la même nostalgie d’une époque pré PC), de l’alice 32 puis au 464 etc.. et chaque fois un pincement au cœur quand il me fallait revendre une machine pour en avoir une autre...(alors qu’aujourd’hui suffit de changer de CG). La mort de Atari (mon pauvre ST qui tourne toujours ...) et surtout de Sega. Mais a la place des indé sur consoles ou PC je suis surtout fan des groupes qui développent encore sur les vieilles machines. Regarde Athanor sur amstrad cpc, un jeu textuel avec un packaging superbe, des jeux qui sortent encore sur dreamcast etc...
Et encore le même point de vue que toi quand je montre a ma gamine certains jeux 2d (parce que par contre les premier 3d ça pique les yeux), ça prend, elle s’éclate.
Mais surtout j’ai réussi a lui faire comprendre que depuis les années 80, il n’y a rien de bien nouveau, pas de révolution technique, juste une évolution qui d’ailleurs, commence a ralentir au fur et a mesure que les dev mettent des actionnaires au pouvoir.

texazranger

14 fév 2015 @ 12:16

Je suis Rone :-) . Merci pour ton article , qui à un effet « miroir », et illustre parfaitement le ressenti des old school du jeu vidéo, gardant malgré les ans une passion qui ne faillit pas , même si le bouleversement dans cet univers si prenant annonce un avenir sombre....

Metanol

14 fév 2015 @ 13:31

Pour ma part je me considère plutôt comme un « jeune » con de 35 ans. J’ai découvert le jeu vidéo autour des 6 ans avec les watch and go de Nintendo et puis je suis passé par un peu toutes les consoles, mais avec 2 grandes périodes, la meilleure avec Nintendo et une un peu plus mature avec PlayStation. Aujourd’hui le jeu vidéo fait partie de mon quotidien mais je reconnais qu’il a tout de même bien changé, tout comme moi j’imagine

avatar

alaindc

14 fév 2015 @ 13:48

Vieux con, presque 38 ans de jeux vidéo, tanné d’entendre parlé de résolution et fps qui font vendre la Playstation, et écoeuré de toutes ces versions HD definitive edition, de jeux sorties il y a souvent moins de 2 ans, vendues à prix fort, dont le développeur fait le moindre effort pour la conversion HD, sans même apporter de nouveauté.

Fallivion

14 fév 2015 @ 13:52

Alors je dois supposer que je suis un jeune con :-O .

Je suis majoritairement d’accord avec le constat, et même tristement d’accord toutefois pas exactement pour les mêmes raisons ni avec le même élan nostalgique puisque je n’ai simplement pas connu une large parti du jeux vidéo « rétro » ayant commencé à jouer sur la Super nintendo.

( Petit listing sûrement inintéressant mais que je pense utile pour appréhender MA vision du jeu vidéo : Super nintendo puis play 1, play 2, xbox 360 et enfin Xbox One je n’ai connu aucunes autres consoles hormis en coup de vent dans une aprem de jeu chez des amis )

Et je dois dire que je n’ai pas ce regret de l’ancien temps, même pas du tout. Je ne trouve pas les vieux jeux meilleurs ou plus innovants ( normal vu que j’ai quasiment toujours acheté les jeux avec du retard, souvent beaucoup de retard ) donc mes jeux modèles de cette époque sont les mario, battlefront et autres dragon ball ce qui n’est plus du tout mon fond de jeu désormais que sont les RPG. Donc non je ne regrette pas le passé en lui même mais ce que l’avenir semble pointer.

Une chose m’a marqué par exemple dans le cas Fallout. ( j’ai commencé avec le 3 puis ai découvert le 1 et 2 bien plus tard ) et même si fallout 3 reste plus important dans mon cœur de gamer que ses ainés je n’ai pas pu remarquer le vent de folie géniale des anciens, et en revenant sur le plus récent désormais je remarque sans cesse le formatage intellectuel, bien pensant, qui brime clairement une grosse partie de la qualité du soft. Alors je me dis que serait Fallout 3 avec la folie des deux précédents ? Du pur génie.

Ce qui me dérange en fait le plus c’est le formatage absolument flagrant de toutes les licences, quelles soient nouvelles ou une simple redite, comme si nous n’étions plus capable d’accepter la moindre folie, ou seul les ventes comptent et les bénéfices exploser. Donc ce qui me fait peur n’est pas une baisse de qualité générale, que je ne trouve tout simplement pas si flagrante ( merci à Mass effect, Gears of war ( sauf judgment ) et Witcher ) et bien d’autres.

Donc voila je ne trouve pas que la qualité intrinsèque des jeux baisse mais plus celle du vent de folie qui portait leurs ainés, que l’on retrouve encore grâce aux indépendants et quelques jeux AAA. Par contre je suis toujours aussi amoureux du monde vidéo ludique et j’attends encore comme un petit fou les derniers RPG comme les Dragon Age, TES ou Witcher et surtout l’annonce d’un Fallout 4 ou de mes licences non RPG préférées comme Gears ou Halo.

J’espère toutefois que le monde du jeu vidéo ne tendra pas éternellement vers le modèle Ubisoft, EA ou Activision et que la folie reprendra sa place au sein de nos oeuvres préférées ou à venir. Toutefois tant qu’il restera des jeux à venir comme Witcher 3 je n’abandonnerais jamais cette passion qui m’étreins depuis mon plus jeune âge, avec les warhammer :o)

benderbigscore

14 fév 2015 @ 14:06

Les temps ont bien changé. Beaucoup de joueurs de maintenant ne pensent plus qu aux graphismes, fps et résolution . Évidemment que ça a une importance pour l immersion et le confort de jeu. Je préfère un jeu en 60fps mais il n y a pas que ça qui compte. Ça sert à rien d avoir de beaux graphismes et une bonne fluidité si le reste c est du caca. Mais c est pas nous, les vieux cons, qui allons changer quoi que ce soit à la mentalité de certains. Il n empêche que je m amuse bien sur les consoles de maintenant car de bon jeux il y en a encore.